Vivent les asperges !

Bonjour ! Plusieurs choses à dire en ce mois de janvier…

Poids stable à IMC 27 depuis 5 semaines, pourvu que ça dure ! En terme de kilos, pour ceux qui préfèrent, c’est 77K pour 1.69m. Tiens, on ne sait jamais, avec l’âge, il faudra vérifier que je ne me suis pas tassée et que je les fais toujours, ces 1.69m.

Ma psychiatre continue à faire évoluer mon traitement pour mes troubles de l’humeur (roarrrrrrrrrrrrrh, fuyez je suis folle et je mords les gens quand ils approchent de trop près.)

tenor

Donc en matière de psychotropes : Lamotrigine 50-100, Venlafaxine 37.5

Le but est d’arrêter la Venlafaxine en douceur (anti-dépresseur que l’on n’est pas censé prendre à vie). Et de garder la lamotrigine (thymo-régulateur) à vie si elle convient. Un des espoirs, même si ce n’est pas le but du jeu essentiel, c’est aussi qu’elle calme mes hyperphagies du soir qui remontent… je dirais à l’adolescence, ma mère est témoin que les biscuits apéritifs du bar disparaissaient mystérieusement depuis que j’ai 13 ans. J’ai toujours eu une appétence préférentielle pour le salé.

La semaine dernière, j’ai vu mon contrôleur judiciaire pondéral, qui est content de mon poids. Il considère que j’ai pris 1K en 9 mois, et qu’il n’y a pas du tout lieu de s’inquiéter pour ça. Il me répète que ça serait bien « de marcher tous les jours », moi « Marcher tous les jours ? aaaaargh ! », lui, conciliant, « Bon, 3 fois par semaine… »… Pffff, faut que je m’y remette quoi. Prochain contrôle en octobre 2020, tous les 9 mois.

J’ai acheté et lu « Maigrir, c’est simple et dans la tête » de Gérard Apfeldorfer. Il annonce dans l’introduction qu’il y a bien des choses nouvelles par rapport à son livre « Maigrir, c’est dans la tête. » Je n’ai pas du tout vu quoi. Donc je le conseille à ceux et celles qui ne connaissent pas les théories de Zermati et Apfeldorfer. Mais je pense de plus en plus que je préfère Zermati (voir article précédent) et son livre « Osez manger ! », bien plus radical.

Je cite d’ailleurs un passage de Gérard qui m’a particulièrement étonnée :

Toutes ces nouvelles idées, ces nouvelles pratiques doivent beaucoup à la créativité débridée de mon ami Jean-Philippe Zermati. Les thérapeutes du « Groupe de réflexion sur l’obésité et le surpoids », ou GROS (gros.org), et votre serviteur y ont également mis leur grain de sel, tempérant ainsi la frénésie créatrice de Jean-Philippe.

Et Sylvie d’ajouter : M’enfin, JP, les écoute pas, depuis quand la frénésie créatrice doit-elle être tempérée ? Toutes les évolutions (ou révolutions) technologiques ou conceptuelles n’ont pas eu à être tempérées, bien au contraire, elles ont fini dans tous les foyers  ! Je prends pour exemples, sans les mettre sur un pied d’égalité pour autant : la programmation objet, Internet, le SQL, l’électricité, l’automobile ou le vélo, la théorie de la relativité d’Einstein, la théorie de l’évolution des espèces de Darwin, la théorie de la gravité universelle de Newton… Bon j’arrête là ma liste des génies Asperger ! 🙂

Bon à part ça, je recommande chaudement d’autant que je ne suis subventionnée par personne :

  • Tous les bouquins de ces deux messieurs  ! Le premier que j’ai lu il y a 18 ans m’a littéralement libérée d’un lourd poids de plusieurs décennies, et je ne parle pas de mes kilos, je parle du poids de bêtises sur les régimes et la culpabilité induite dont la société m’avait farcie la tête.
  • Leur site https://www.gros.org/
  • Leur site payant (formule la moins chère 24€ pour 6 mois) d’aide aux personnes qui veulent perdre du poids https://www.linecoaching.com/
  • Et enfin et surtout, le dernier livre de JP Zermati : Osez manger – Libérez-vous du contrôle, 22,25€ sur Amazon

Enfin ma bonne résolution de l’année est aussi modeste que concrète, rien de tel pour que je m’y tienne : Mon tendre et moi avons décidé de consacrer 1H de ménage chaque weekend chacun à notre petit appartement de 45m2 (2H homme/semaine, comme on dit en entreprise). Bon d’accord, je sors du sujet sleeve, mais… vivre heureux dans un appart bien tenu participe à l’équilibre psychologique, pas vrai ?

2020_01_18

Faire avec

Bonne année à toutes et tous, et que vos projets vous tiennent à coeur, que vous les réussissiez ou non, que vous soyez jeunes ou vieux. Le meilleur de la vie, c’est de poursuivre des projets. Les rater, c’est apprendre ; les réussir, c’est être satisfait… jusqu’au nouveau projet.

Bon, je suis très heureuse de tenir ce blog et d’abord… pour moi. Non pour flatter mon ego ou pour le plaisir de raconter ma vie (quoique j’adore raconter ma vie 🙂 ), mais essentiellement, parce que ça me permet à moi de retrouver des choses très précises dans mon passé, puisque je tiens ce blog depuis maintenant bientôt 4 ans.

Me pesant ce matin, 78.1 et un appétit qui reste très assagi depuis que je prends ce thymo-régulateur (lamotrigine), 50 le matin, 50 le soir, je me redemande ce que m’avait ‘promis’ le jeune chirurgien que j’avais vu assez tôt après ma sleeve. Je retrouve intégralement mon rapport à chaud, fait le 26/11/2016. C’est pas beau ça ?

J’ai vu le chirurgien qui remplace ma chirurgienne cette semaine, pour faire le point et aussi pour discuter de mon hernie hiatale. D’abord, il m’a persuadée que ce n’est pas la sleeve qui a provoqué l’hernie hiatale asymptomatique, ce qui m’a rassurée. Il m’a dit que c’était une hernie discrète qui était probablement là depuis longtemps, en toute discrétion puisque ni la fibroscopie ni le premier TOGD n’avaient permis de la diagnostiquer. La partie supérieure de mon estomac remonte sous le sternum, et vient pousser contre les poumons (c’est la définition d’une hernie hiatale). Si elle m’occasionne des douleurs un jour, il sera temps d’opérer, pour l’instant, on ne touche à rien.

Il m’a aussi parlé du long terme post-opératoire : En général, on maigrit bien sur 2 ans pour atteindre son poids le plus bas, puis l’on stagne 2 ans à nouveau, puis les ennuis commencent à 4 ou 5 ans, avec reprise possible de poids et que c’est seulement là que se joue la stabilisation. Que les 3 clés de la réussite sont le suivi sérieux post opératoire, le suivi des conseils diététiques fournis par l’hôpital, l’exercice physique. Il m’a dit que pour l’instant, je semblais avoir toutes les clés de la réussite, mais qu’évidemment, il fallait s’inscrire dans le long terme.

Bref, un rendez-vous passionnant et sincère.

Me voilà à 3 ans et 9 mois, et il s’avère que les grandes lignes de ce jeune chirurgien s’avèrent extrêmement justes.

Allez, la petite courbe qui va bien, d’autant qu’avec la nouvelle année, elle s’est automatiquement comprimée, montrant encore plus clairement la hausse tendancielle. J’ai 54 ans et je ne suis pas la première ni la dernière à vivre à cet âge avec une maladie chronique, moi, c’est l’obésité, d’autres le diabète de type II, d’autres une SEP, d’autres une dystonie, d’autres des rhumatismes… On ne choisit pas et on apprend à faire avec.

2020_01

Lisez sans faim

Bonjour !

D’abord Noyeux Joël à toutes et tous, parce que je suis bien élevée.

J’ai atteint la vitesse de croisière pour la molécule Lamotrigine que je prends pour mes troubles de l’humeur. Je précise que « troubles de l’humeur » ne signifie pas, comme je le croyais au départ, « troubles bipolaires », parole de ma psychiatre. Il me semble (je dis bien il me semble) que la lamotrigine a un petit effet anorexigène sur moi, effet connu sur d’autres aussi. Non, non, je ne suis pas anorexique, loin s’en faut ! 🙂 Mais je n’ai plus ces fringales du soir qui pourraient donc s’expliquer par une légère phase « down » chaque soir.

Question poids, rien ne saute aux yeux, mais il semble déjà que ça pourrait me stabiliser. Je mange nettement moins, tout en mangeant suffisamment, je précise encore. Allez, hop hop hop, la petite courbe qui va bien.

decembre2019

Sinon, je change de sujet, pour parler d’un livre qui est complètement dans la problématique de ce blog : Le dernier livre de Jean-Philippe Zermati est sorti, donc je me suis empressée de l’acheter et de le lire. Il s’appelle « Osez Manger – Libérez-vous du contrôle. »

Mise en page 1

J’ai horreur de spoiler, alors j’en parlerai avec parcimonie. Bien entendu, ceux qui me lisent depuis le début savent que Zermati et Apfeldorfer sont mes gourous. 🙂

Il ne m’a pas échappé d’ailleurs qu’ils n’écrivent plus ensemble, et que probablement creusent-ils chacun de leur côté des pistes de compréhension, si ce n’est des pistes de solution pour limiter le surpoids et l’obésité, si tant est que l’on en trouve. Ma prochaine lecture sera évidemment le dernier livre (sorti en avril) de Gérard Apfeldorfer, et l’une de mes préoccupations sera de lire ce qui les éloigne.

Alors que dit Zermati dans ce livre ? Eh bien d’abord, pour ceux qui contrairement à moi n’ont pas lu tous ses livres antérieurs, il revient et creuse bien des analyses déjà exprimées. Que dit-il qui m’a semblé nouveau ? Eh bien d’abord quelque chose de drôle et d’iconoclaste, c’est ce que j’aime chez mes gourous. « Les mangeurs régulés mangent principalement sans faim« . Lol, lapsus révélateur, j’avais d’abord écrit les mangeurs rigolos tant ceux-ci me semblent avoir une vie heureuse à table. Reconnaissez que dit comme ça, on tombe un peu de l’armoire. Je vous laisse le plaisir de lire le livre pour comprendre en quoi c’est parfaitement exact. Et dernières clés que je trouve un peu nouvelles, une chouette analogie pour expliquer le système prédictif et l’apparition d’une couche hédoniste entre le système homéostatique et le système exécutif.

Ouais, je sais, dit comme ça, vous ne comprenez rien. C’est fait pour, faut acheter le livre pour tout comprendre, et si même moi, j’ai tout compris, vous pouvez y aller. 🙂

Stabilité ?

Bonjour. Il semble que je sois stabilisée depuis 6 mois à 79 kilos. On ne peut pas dire que ça me fasse plaisir, plaisir. Mais je dois me focaliser sur « stabilisée » et pas sur le nombre qui suit. Je sais pourquoi j’ai 8K de surpoids (IMC entre 27.5 et 28). C’est parce que je grignote bien le soir, comme avant l’opération en fait. Le soir, les émotions affleurent, et sans doute la tristesse, l’ennui, la peur diffuse du lendemain, des trucs assez subtiles, tellement subtiles qu’au lieu de me dire « Tiens, je ressens cela. » Je me dis « Tiens, j’ai une furieuse envie de tels ou tels biscuits. » qui agissent, c’est prouvé, comme les plus efficaces des anxiolytiques. Avec ma psychiatre du coup, on va tester le stabilisateur d’humeur. Comme il est clair que j’ai des troubles de l’humeur, sans être dans le spectre bipolaire, on va voir si ces thymorégulateurs à petite dose m’aident à être apaisée le soir, et à cesser de grignoter, pour mon bien-être psychologique comme physique.

Ma calculette ci-dessus me renvoie ceci :

Calculette

Votre taille => 169cm

Votre poids maximum atteint à l’âge adulte => 117K

Votre poids au 16/11/2019 => 79K

Vous avez perdu 83% de votre surpoids initial.

Restez très satisfait si vous vous stabilisez autour de 70% de surpoids perdu, c’est ce que dit la rigueur médicale. 🙂

Jalons

Bonjour !

3 mois que j’avais lâché la barre… eh bien, ça fait du bien. Oh, pas à la courbe de poids, OK, mais à ma petite personne, qui a quand même d’autres choses à faire que de conduire sa vie l’oeil rivé sur son aiguille IMC. Par exemple, remplir mes objectifs de travail, qui ont ceci de merveilleux qu’ils m’en font apprendre tous les jours à petite dose, remplir mes objectifs d’apprentissage de la langue russe, prendre soin de ma santé physique et psychologique, me distraire, aimer et échanger avec mon mari, aimer et échanger avec ma famille, aimer et échanger avec mes rares et précieux amis, me cultiver (ah bon, il y a autre chose que la programmation qui peut être intéressant ?), vivre quoi.

Je mesure ces temps-ci à quel point l’on passe son temps dans tous les domaines de la vie à entrer et sortir de sa zone de confort. Et que paradoxalement, en entrer et en sortir a précisément pour but d’élargir cette zone de confort. Les gens qui ne font jamais rien de nouveau (physiquement ou intellectuellement) s’encroûtent et s’ennuient à vitesse grand V, les gens qui sont insatiables de nouveauté finissent par être rongés d’anxiété. Le juste milieu semble comme souvent une bonne position.

Revenons à mes problématiques de poids. J’ai décidé de savourer ma zone de confort ces 3 derniers mois. Et ma pente naturelle m’a fait prendre… 2K tranquilles. Ce qui fait que ce matin, j’émarge à 78.6K.

Or, mon prochain jalon, c’est mi-janvier 2020, dans 3 mois, prochain contrôle de poids à la Pitié-Salpêtrière, presque 4 ans après l’opération de la sleeve gastrectomy. Inutile de dire que si j’ai cru me stabiliser entre 74 et 76, me pointer avec 79 ou 80 kilos me feraient bien suer. J’éprouverais un mélange de culpabilité, de découragement, d’auto-dévaluation. Tandis que si j’y retourne entre 74 et 76, en disant tout de suite au professeur  « Je suis montée à presque 80, puis j’ai pris des mesures pour redescendre. La stabilité est le fruit d’un combat. Saurai-je mener ce combat à vie ? » J’éprouverais un mélange de doutes, d’espoir. Je serai en quelque sorte dans une attitude classique de la vie où zone de confort alterne avec zone d’inconfort.

Je vais tenter le coup de poser des jalons intermédiaires, du type tous les 1er du mois, avoir perdu sainement 1K, sainement signifiant : manger à ma faim aux repas, fractionner mais pas grignoter, et… marcher 1H 3 fois par semaine. Bon sang de bois, pourquoi je ne parviens pas à quitter ma sacro-sainte sédentarité qui me tue à petit feu ? C’est incroyable ce truc ! Je ne peux juste pas éternellement cumuler boulot sédentaire + loisirs sédentaires ! C’est pourtant facile à comprendre. Il faut que je me dise « Balade-toi autour de ta zone de confort, tout près, mais à l’extérieur, en marchant 1H 3 fois par semaine », c’est pourtant pas la jungle !

Allez, on repart sur les sempiternelles bonnes résolutions, oui, je sais, celles que je finis toujours par piétiner gentiment. J’imagine certains de mes lecteurs sourire. J’espère juste que ces sourires les ramènent à leurs propres limites. Je n’ai rien d’une warrior. Juste une pauvre marmotte qui doit parfois se botter ses petites fesses rondes.

01/11/2019 78K

01/12/2019 77K

01/01/2020 76K

15/01/2020 75.5K

Inch Allah, dit l’athée quand elle recommence à poser des jalons, et qu’elle a l’espoir et les chocottes qui s’entrechoquent… Bon courage à toutes et tous dans vos divers jalons ! 😉

2019_10_19

 

 

 

 

 

Bientôt 54 ans

Bonjour,

Il paraît (dixit ma psychiatre) que bien des femmes qui ont été minces toute leur vie prennent… dix kilos à la ménopause. C’est vous dire si avec mon métabolisme cassé, il y a des choses que je ne vais pas maîtriser. Est-ce que ça me donne envie de totalement lâcher la barre ? Oui, carrément. Je fais ce blog pour dire ma vérité, n’est-ce pas ? Alors le politiquement correct, à la poubelle. Ces temps-ci, je me passionne pour des tas de trucs dans ma vie (un développement web perso qui me tient à coeur, mon passage en deuxième année de russe sur 4 et… manger à ma faim, pas plus pas moins). Basta pour le reste. Je n’ai jamais été douée pour lutter contre ma nature. Je vous jure qu’il y en a qui aiment ça. Moi, je suis douée pour me plonger dans mes passions.

Hier, lors d’une pièce de théâtre, j’ai entendu que Tchekhov exhortait le russe à ‘extirper goutte à goutte l’esclave qui est en lui‘. C’est une belle idée n’est-ce pas ? En vieillissant, j’ai clairement cette impression, de vivre de plus en plus libre de suivre jusqu’au bout mes inclinations, et de laisser en friche mes culpabilités, mes anxiétés, mes colères qui seront toujours là, mais que je ne suis pas obligée de prendre au sérieux.

Notre vie est trop remplie d’injonctions contradictoires, j’ai décidé ces temps-ci de toutes les mettre de côté. Cela influera-t-il (en mal) ma courbe de poids ? On verra bien. Je la pose là, comme chaque mois, car c’est le sujet du blog, pour autant je refuse qu’elle pose le moindre diktat sur ma vie.

2019_09_21

 

 

 

Vous voyez quoi ?

Vous voyez quoi, vous, quand vous plissez les yeux, sur la dernière année ?

Une baisse tendancielle, une hausse tendancielle, une stabilité tendancielle ?

Moi, je vois une petite hausse tendancielle. Et j’aime pas ça… Alors je continue à vivre ma vie, et me dis que je me reposerai la question dans un an… Des fois, faut pas se poser trop de questions… Des fois…

 

2019_08_29